Silver Bloom WRAP BODYCON Robe de soirée navy i6bxwIZhEG

SKU-61124-quk615
Silver Bloom WRAP BODYCON - Robe de soirée - navy i6bxwIZhEG
Silver Bloom WRAP BODYCON - Robe de soirée - navy
Menu

11 Il est vrai que la collecte en amont des informations comptables issues des feuilles de richesse individuelle qui doivent alimenter cette comptabilité, est fréquemment considérée comme une tâche rebutante, exigeant un contact avec tous les adhérents, donc souvent inachevée vu leur absentéisme et le turn‑over général de ces organisations. Ces collectes peuvent donc s’étirer dans le temps ou se dérouler à des échéances de plus en plus lointaines: une fois par an par exemple. Suspecte de ne pas être exhaustive, la comptabilité centralisée court toujours le risque de ne pas disposer des informations les plus récentes sur les derniers échanges. Bref, ce document considéré dans nombre de SEL comme l’incarnation même du collectif, issu du travail des administrateurs, se présente à l’examen comme un reflet approximatif des activités d’échange.

12 Même si cette comptabilité est réalisée avec l’aide de l’informatique. En outre, les rares selistes qui maîtrisent l’usage du logiciel adéquat, sont souvent condamnés à supporter seuls sa gestion, faute d’autres selistes compétents: une situation qui conduit souvent à leur renoncement au bout de quelque temps. Et oblige les administrateurs suivants à revenir à un traitement manuel des comptes. Malgré les faiblesses connues du dispositif comptable, le renoncement à cet instrument n’est pas si facile à accepter, quand son alimentation en informations comptables laisse à désirer ou que sa tenue est immobilisée faute de trésorier volontaire comme ce fut longtemps le cas au SEL de Montpellier.

13 Il n’est pas certain que cette comptabilité centralisée se réduit à une cette seule fonction instrumentale de calcul des soldes individuels. On peut même se demander si la capacité à entretenir la croyance dans le système d’échange n’est pas subordonnée à l’autorité de la gestion centralisée des comptes individuels et à la reconnaissance de la valeur de l’unité de compte 11 acceptée par tous, qui traduisent en dernière analyse le crédit accordé aux administrateurs/animateurs eux‑mêmes. D’autant que la croyance collective s’avère d’autant plus fondée qu’elle s’inscrit dans le respect de la parole des créateurs originels 12 du SEL et partant des derniers administrateurs ou animateurs qui en sont les héritiers. Cette croyance nécessaire dans certains individus autant sinon plus que dans des règles, est compréhensible dans des organisations qui privilégient la relation interindividuelle et se montrent souvent suspicieuses vis‑à‑vis des discours idéologiques. Mais cette priorité accordée à la seule confiance en l’individu n’a‑t‑elle pas ses limites, d’autant que tous les adhérents de SEL ne sont pas nécessairement liés au noyau des animateurs, la plupart n’ayant avec eux que des liens faibles?

14 Il faut donc que la confiance dans la croyance collective assure cette part idéelle du lien monétaire. Les SEL accordent sans doute une plus ou moins grande place à cette croyance au collectif et l’on peut sans doute, en forçant le trait, distinguer ceux qui traitent le groupe sur le mode de relations à l’individu chaque fois renouvelées, de ceux qui le vivent comme une abstraction unitaire, dans une approche différente de la totalité. Ces divers rapports au collectif ne sont pas sans lien avec le système de croyance monétaire et renvoient chacune de manière spécifique aux réflexions de Maurice Godelier, signalant que «la valeur de la monnaie ne peut exister qu’en dehors d’elle‑même» (1996: 227). L’existence de l’outil monétaire et comptable est en outre le seul dispositif symbolique qui donne, de la population adhérente, l’image globale et durable de la population. Associé au groupe des leaders/administrateurs, il constitue une sorte d’enveloppe du groupe.

38 Ainsi est-il possible, et utile, d’inscrire l’analyse des pratiques culturelles dans une perspective temporelle. Contrairement aux représentations figées de l’approche purement statistique, l’observation des carrières de spectateurs suggère que les étapes du parcours de vie et les formes de sociabilité constituent les principales sources de variation et d’invention des temps de la réception, au-delà, et parfois à l’encontre, des premières expériences. En insistant sur la dimension relationnelle des pratiques culturelles, l’étude des carrières de spectateurs invite à ne plus considérer ces pratiques uniquement comme des consommations mais bien comme des actes de réception. Les relations sociales deviennent alors l’un des principaux ressorts de l’activité spectatorielle. En effet, ce processus interactif de négociation marque les étapes décisives des carrières de spectateurs (démarrage, interruption, arrêt, reprise…) tout comme la transformation des préférences et des goûts. En tant que processus multiforme inscrit dans tous les domaines de la vie sociale (Strauss, 1992, p.245), la négociation constitue une dimension centrale des pratiques culturelles et les relie aux autres formes de socialisation 8 . Admettre ainsi que les pratiques culturelles sont le fruit de négociations (au sens de A. Strauss) amène à reconsidérer les éléments qui pèsent sur leur devenir et à comprendre qu’elles s’insèrent dans des réseaux relationnels complexes et différenciés. L’observation des carrières de spectateurs permet ainsi de montrer que l’apprentissage individuel n’a de sens que rapporté à son contexte temporel, social et historique. Comme nous l’avons montré avec les «premières fois», ce contexte pèse lourdement sur l’orientation des trajectoires personnelles, de sorte que «les carrières possibles pour une génération le sont rarement pour la génération suivante» (Strauss, 1992, p.85). En outre, et si la diversité des rapports au temps évolue en fonction des classes d’âge, du cycle de vie et des classes sociales, il faut aussi tenir compte des temps sociaux multiples 9 que génèrent les institutions sociales telles que la famille, l’école, le travail et les lieux culturels, qui font qu’à l’intérieur d’un même parcours, plusieurs strates de signification du temps se superposent (Pronovost, 1996, pp.126-127).

39 Dans l’histoire de chacun, les fluctuations des pratiques culturelles s’inscrivent dans une temporalité étroitement liée aux étapes du cycle de vie. Comme nous l’avons vu, les individus racontent et recomposent d’ailleurs assez facilement leur carrière de spectateur en l’articulant au cycle de vie. L’enfance correspond à une période dominée par l’influence parentale. Les expériences que l’on y fait sont souvent marquantes, mais pas toujours décisives, notamment en raison des événements qui suivent. Si la famille sert de référence liminaire, son influence peut avoir des effets paradoxaux. Dans certains cas, elle peut transmettre une appétence durable par effet d’adhésion. Mais, dans d’autres cas, elle peut aussi générer une forme de rejet, et c’est alors la contradiction qui marque l’orientation de certaines trajectoires. L’adolescence constitue une période emblématique où s’exprime la tension entre une culture familiale héritée et une culture propre en devenir (Pasquier, 2005). C’est aussi le temps de la multiplication des contacts sociaux et des expérimentations de tous ordres, où les groupes de pairs, et parfois l’école, jouent un rôle significatif. À cette période, des choix décisifs s’opèrent, et c’est ici que l’héritage familial culturel se confirme ou se dissout. Plus tard, la construction du couple entraîne également un fléchissement des pratiques individuelles sous l’influence réciproque des conjoints et des obligations familiales ou professionnelles. Ces contraintes n’ont d’ailleurs pas toujours un effet négatif sur les sorties. Elles sont parfois l’occasion d’une réorientation vers d’autres centres d’intérêts, notamment vers les loisirs familiaux, ou de renouer avec certaines pratiques délaissées. Il faut donc bien garder à l’esprit que «la participation culturelle s’inscrit dans un projet de longue durée, dans la temporalité de toute une vie» (Pronovost, 1996, p.128).

Maschewsky W., 2004, Umweltgerechtigkeit – Gesundheitsrelevanz und empirische Erfassung , Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung (WZB).

Merrien F.-X., 1998, «De la gouvernance et des États-providence contemporains», Revue internationale des sciences sociales , n o 155, p.62.

Ostrom E., 1990, Governing the commons. The evolution of institutions for collective Action , Cambridge University Press.

Pearce D., Markandya A. et Barbier E. B., 1989, Blueprint for a green economy , Earthscan Publication.

Rosenau J. N., 1997, Along the domestic-foreign frontier: exploring governance in a turbulent world , Princeton, Princeton University Press.

Sen A., 1987, Commodities and capabilities , Oxford India Paperbacks, Oxford University Press.

Solow R. M., 1993, «Sustainability: An Economist’s Perspective», Economics of the environment , Norton and Company.

Staessen J. A., Roels H. A., Emelianov D., Kuznetsova T., Thijs L., Vangronsveld J. et Fagard R., 1999, “Environmental exposure to cadmium, forearm bone density, and risk of fractures: prospective population study”, The Lancet , vol.353, n o 9159, p.1140-1144.

The Danish Government, 2002, A Shared future – balanced development , Denmark’s National Strategy for Sustainable Development, Copenhagen.

UN-Habitat’s, 2005, Strategy for the implementation of the Millennium Development Goal 7 target 11 , United Nations Human Settlements Programme.

Wackernagel M. et Rees W., 1996, Notre empreinte écologique (traduction française 1999), Editions Ecosociété, Montréal.

Walker G. P., Mitchell G., Faiburn J. et Smith G., 2003, «Environmental quality and social deprivation», Phase II: National analysis of flood hazard , IPC industries and Air Quality, R§D project record E2-067/1/PR1, The environment agency, Bristol.

Zuindeau B., 2002, «Le développement durable territorial: enjeux et perspectives», Colloque développement local, développement régional, développement durable: quelles gouvernances? Toulouse.

Notes

1 Rappelons que la stratégie de Lisbonne, définie au Conseil européen de Lisbonne, en 2000, comportait un agenda de réformes économiques et sociales, destiné à créer une économie fondée sur la connaissance.

2 Greffe du tribunal administratif de Strasbourg, requête du 27 décembre 1988, sous le n° 851798.

Vero Moda Petite VMLESLEY Robe dété navy blazer ICAMzGr3
Le cadmium est un métal lourd qui s’accumule dans l’organisme dont il est éliminé très lentement. Les effets toxiques du cadmium concernent essentiellement le squelette et le rein où le cadmium incorporé s’accumule au cours du temps. Les atteintes liées à l’accumulation du cadmium ne se manifestent en général qu’à l’âge adulte. Elles s’accompagnent de l’excrétion de protéines spécifiques de petite taille : il est donc possible d’évaluer la concentration de cadmium dans l’organisme en analysant les urines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Mancebo , «Des développements durables. Quel référentiel pour les politiques de développement durable en Europe?», [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 438, mis en ligne le 10 février 2009, consulté le 09 juillet 2018. URL: http://journals.openedition.org/cybergeo/21987; DOI: 10.4000/cybergeo.21987

Haut de page

Professeur des universités Université Joseph Fourier -Grenoble 1, UMR CNRS Pacte, Tél. 06.12.53.74.46 francois.mancebo@ujf-grenoble.fr http://iga.ujf-grenoble.fr/territoires/membres/chercheurs/Mancebo.htm

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies utilisés pour les publicités et pour les statistiques de visite, Skiny LOVERS Soutiengorge à bretelles amovibles white rwE3n2Nl40
comma casual identity Minijupe marine mIWhGHcLw
Le Conjugueur Conjugaison avec Le Figaro

Conjugaison | Règles | Exercices | Orthographe | Forum | Nombres | Vidéo

Verbe à conjuguer :

Accents :

Fashion Union EMO Robe de cocktail black 1UZxiPRH

Présent

je suis document ée tu es document ée elle est document ée nous sommes document ées vous êtes document ées elles sont document ées

Passé composé

j'ai été document ée tu as été document ée elle a été document ée nous avons été document ées vous avez été document ées elles ont été document ées

Imparfait

j'étais document ée tu étais document ée elle était document ée nous étions document ées vous étiez document ées elles étaient document ées

Plus-que-parfait

j'avais été document ée tu avais été document ée elle avait été document ée nous avions été document ées vous aviez été document ées elles avaient été document ées

Passé simple

je fus document ée tu fus document ée elle fut document ée nous fûmes document ées vous fûtes document ées elles furent document ées

Passé antérieur

j'eus été document ée tu eus été document ée elle eut été document ée nous eûmes été document ées vous eûtes été document ées elles eurent été document ées

Futur simple

je serai document ée tu seras document ée elle sera document ée nous serons document ées vous serez document ées elles seront document ées

Futur antérieur

j'aurai été document ée tu auras été document ée elle aura été document ée nous aurons été document ées vous aurez été document ées elles auront été document ées

Subjonctif

Présent

que je sois document ée que tu sois document ée qu'elle soit document ée que nous soyons document ées que vous soyez document ées qu'elles soient document ées

Passé

que j'aie été document ée que tu aies été document ée qu'elle ait été document ée que nous ayons été document ées que vous ayez été document ées qu'elles aient été document ées

Keycoopt
Contact

Contactez nousau 0 805 69 69 92 appel gratuit depuis un poste fixe

Appel depuis l’étranger : +(33) 805 696 992

Suivez-nous sur
Recevez nos actualités
© Copyright Keycoopt 2016, tous droits réservés